Le collège doctoral a pour titre L’histoire internationale par l’interdisciplinarité. Perspectives franco-allemandes et européennes au XXe siècle.

Il s’agit concrètement d’interroger, d’analyser et de discuter plusieurs sujets ou « champs de tension » historiques pertinents pour la recherche. Ces champs sont toujours abordés par l’interdisciplinarité et dimensionnés selon une approche d’histoire comparée, d’histoire des transferts et d’histoire mêlée. Pour la durée du programme qui court de 2017 à 2020, les sujets sont abordés selon des « entrées » changeant chaque année, qui sont à la fois suffi-samment larges pour concerner un nombre adéquat de sujets de thèse et suffisamment délimitées les unes par rapport aux autres pour donner une cohérence au programme de chacune des années 2017, 2018, 2019 et 2020.

Sont prévues ainsi :

2017: L’entrée par l’espace : le national et le transnational

Le lancement du collège doctoral la première année se fait volontairement avec l’entrée par l’espacecela permettant de mettre particulièrement en évidence l’orientation interculturelle et internationale du collège ainsi que ses axes et priorités. Le sujet « le national et le transnational » permet de subsumer et de comparer plusieurs rapports au lieu et à l’espace, tels l’américanisation et l’européisation, le colonial et le postcolonial, le local et le global, les espaces frontaliers et les espaces de friction ou bien encore la ville et la campagne.

2018: L’entrée par la société : diversité et transversalité

Comme plusieurs membres actuels du réseau franco-allemand de jeunes chercheurs tra-vaillent sur des problématiques d’histoire sociale, la deuxième année sera sous le signe de l’entrée par la société. Cela permettra à ces doctorants de rassembler des idées supplémentaires et de bénéficier d’impulsions suffisamment tôt avant la fin de leur travail de thèse. Con-crètement, le sujet « diversité et transversalité » doit permettre d’étudier, à l’aide de catégories comme la classe, la race, l’âge ou le genre, des évolutions et des étiquetages spécifiques aux groupes, tout en prenant en considération des phénomènes transversaux dépassant les frontières de classe, de génération, de sexe et d’ethnie.

2019: L’entrée par le temps : crises et mutations

Au regard de la conception du collège doctoral comme cycle double avec des limites temporelles mouvantes (cf. la partie 4, programme du collège doctoral franco-allemand), il faut s’attendre à quelques changements dans le groupe de participants. L’entrée par le temps est appropriée à cette situation car, pour un collège travaillant avec la méthode historique, elle permet de relier et confronter des sujets de recherche très différents. Avec le paradigme des « crises et mutations » on peut discuter des questions générales comme le changement et la continuité, les césures et les transitions, puis plus concrètement des propositions de périodisation actuellement présentes dans la recherche comme « avant le boom »/ « après le boom », « Trente Glorieuses »/ « crise structurelle ».

2020: L’entrée par la culture : cultures politiques et mutation des valeurs

La dernière partie du programme se fait avec l’entrée par la culture et les questions de « cultures politiques et mutation des valeurs ». Cela soulève essentiellement le problème des fondements de la légitimité et des conditions de la stabilité des régimes politiques, et plus concrètement, dans le cas de la France, du Luxembourg et de l’Allemagne, la question de la pertinence de produits, phénomènes et pratiques culturels pour contribuer à la libéralisation et à la mutation des valeurs dans les sociétés, mais encore à la pérennité d’un ordre et de représentations démocratiques.